Recherche et citoyenneté au service d’un système éducatif à refonder

Compte rendu des ateliers C1 - L’enseignement et l’éducation au coeur du lien recherche-société et C2 - Enseignement supérieur, recherche et citoyenneté : une mise en cohérence indispensable

NB. N’hésitez pas à exprimer vos points de vue sur les questions abordées en laissant un commentaire (les commentaires étant modérés, il peut s’écouler jusqu’à 24h avant validation).

Les deux ateliers se sont déroulés –comme pour les autres axes –successivement en rassemblant quasiment les mêmes participants (40 personnes environ).

Il a donc été convenu dès le départ de travailler dans un continuum partant des analyses et critiques au regard des attentes abordées le matin, pour poursuivre par la présentation d’expériences, de « bonnes pratiques »  pour déboucher l’après-midi sur des axes prioritaires de réflexions et de propositions.

A. Problématiques initiales

1. L’éducation joue un rôle déterminant dans le lien Science Technologie Société

2. Crise actuelle du système éducatif : démocratiser réellement l’éducation au sens de rendre l’accès et la réussite non discriminants.

3. Sens du mot éducation, souvent réduit au sens de l’acquisition de techniques et de savoirs morcelés

4. Quelle finalité, quels besoins humains et environnementaux? Etre acteur, citoyen dans la société. Etre soi-même. Avoir un emploi.

5. Les savoirs : savoir-faire, savoir-être, savoir critique :autrement dit, rendre l’homme acteur et non pas seulement consommateur ou client

6. Quels contenus pour l’éducation ? Histoire, épistémologie. Par ex. contrer le scientisme.

7. Coupure entre enseignement, recherche et société civile : que l’école et les laboratoires ne soient pas à l’extérieur de la société.

8. Education : mission publique ;

B. Questions « sorties » de la matinée

1. Un système qui éduque à critiquer le système (aporie apparente) ; les mensonges et manipulation des savoirs

2. Le désir des autres (qui parle ? au nom de qui ? la démocratie à tous les niveaux)

3.  La place de l’université dans la société / dans le système éducatif ; la place et le rôle des sciences humaines et sociales

4.  La transversalité, la pluridisciplinarité, de l’expérimentation en petit groupe à la généralisation

5. Mise en réseau des acteurs -Exemple : expérimentations associations-universités, assoc-assoc et univ-univ.

C. Les témoignages

-  intervention des « petits débrouillards » dans un cursus universitaire en partenariat avec des écoles primaires

- projet à l’INSA de Lyon d’étude comparative du contenu d’études en mathématiques

- projet de partenariat Ecole de Chimie de Paris et « petits débrouillards »

- initiative de la région Ile de France : « Qsec »  (http://www.iledefrance.fr/recherche-innovation/dialogue-science-societe/question-de-sciences-enjeux-citoyens/

- les « cafés des sciences » à Lyon

- expérimentations pédagogiques http://www.ldes.unige.ch/info/membres/ag/andre.htm

- le développement de l’esprit critique (http://www.adequations.org/spip.php?article1743)

D. Thèmes traités en conclusion pour propositions et rapportés en plénière

1. Comment favoriser l’enseignement de l’esprit critique ?

- être acteur de sa formation, apprendre à de procurer le savoir, apprendre à apprendre

- développer l’expérimentation pour permettre de relativiser un savoir, de le contextualiser

- un allègement du programme sinon du volume de cours favoriserait l’approfondissement des connaissances

- favoriser ces démarches dès l’école primaire

- cette pédagogie est « déstabilisante » pour l’enseignant, d’où l’exigence d’une formation digne de ce nom au métier d’enseignant

2. Comment et pourquoi favoriser des systèmes de diffusion des savoirs alternatifs ?

- clarifier le statut des intervenants extérieurs, en particulier des associations (par ex. via des instances libres de définir les partenaires dans les facs) pour lever la crainte d’associations « cheval de Troie » du privé au sein du public

- mettre les savoirs (cours, recherches…) en ligne en open source : certains l’ont fait, il faut poursuivre et étendre de façon urgente

-  rendre obligatoire le service civique des jeunes : il y avait bien l’armée, pourquoi pas étendre le service civique, en particulier sous son format collectif ?

-   favoriser les stages dans l’économie solidaire et sociale et bien les encadrer

-   expérimenter des «résidences» croisées : un professeur  passe quelque temps dans un autre milieu professionnel et inversement (notamment entre prof et structures de l’ESS ) ;cette dernière proposition répond à la question posée dans l’atelier : quelles expérimentations mener entre participants du FMSD  ?

3. Comment rendre l’ensemble de la communauté éducative acteur ? Leur donner un pouvoir de décision

- l’éducation péri-scolaire  devrait – comme c’était prévu à la libération- être dans un grand ministère commun  avec toute l’éducation nationale,

- doivent  être restaurés ou créés tous les processus de consultation, de prise de décision de toute la communauté éducative, de tous les intéressés (enseignants et tout le personnel, élèves et étudiants, avec leurs syndicats, parents, administration, associations d’éducation…)

- faire partir la démocratie de l’unité de base : la classe, l’amphi, le labo, le service ; créer de véritables solidarités ; créer des activités de « comité d’entreprise » dans les établissements

- développer l’esprit de responsabilité et de liberté (l’une nourissant l’autre)

- rétablir la collégialité là où elle a cédé la place à la mise en concurrence

- interpeller les politiques sur les reculs récents et l’exigence d’une autre loi que la LRU dans l’enseignement supérieur

4. Les thématiques du sens du bien commun, d’éthique.

-  aborder des problématiques largement transdisciplinaires et  controversées ; c’est le contraire de l’opinion toute faite ; il faut travailler avec documentalistes, faire un recoupement de l’information

-  faire travailler les enseignants entre eux, en équipe.

-  faire réfléchir sur l’ impact sur l’emploi, sur les dimensions sociales, sur l’environnement ; ne pas cacher les contingences, l’historicité.

-  il faut créer des objets d’études transdisciplinaires

-  il faut travailler avec les étudiants sur les systèmes de valeurs et le rôle qu’ils veulent occuper : faire parler les étudiants, faire émerger les représentations spontanées pour en discuter ensemble les présupposés.

-  il s’agit de développer la capacité à affirmer une rigueur, à assumer un principe, de leur donner « accès à l’intégrité »

ne pas fermer les questions et ne pas conclure.

 

D’après les notes de Cécile Cabantous, Sylvain Duval, Jean-Paul Lainé et Eveline Manna.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*